L’eau, une ressource naturelle à préserver !

Avec de multiples étangs, le canal de la Somme, l'Ancre, l'Hallue et la Luce et des nappes importantes en sous-sol, l'eau semble être une ressource quasi inépuisable sur notre territoire. Il nous faut pourtant prendre soin de cette ressource essentielle à la vie. Une responsabilité importante pour notre Communauté de Communes.
Eau-1

Chaque jour, vous utilisez de l’eau pour différents usages, boire, préparer les repas, laver la vaisselle, se laver les mains, prendre une douche, arroser vos plantes…
Il vous suffit d’ouvrir un robinet pour que l’eau jaillisse chez vous mais elle a fait un long chemin dans les canalisations ­depuis le moment où elle a été puisée dans notre sous-sol.
On a longtemps cru que l’eau était ­donnée en abondance par la nature et que l’on pouvait l’utiliser sans contrainte et sans contrepartie. Mais les activités humaines de plus en plus importantes ont montré la fragilité des milieux aquatiques.
L’eau est indispensable à la vie. La qualité de l’eau puisée, des circuits d’approvisionnement et d’assainissement ont contribué à l’augmentation de l’espérance de vie en Europe.
La Communauté de Communes du Val de Somme est aujourd’hui compétente sur le cycle complet de l’eau, qu’elle soit potable, à traiter dans les systèmes d’assainissement, pluviale en empruntant les pentes des bassins-versants ou naturelle dans les marais et cours d’eau.
Bien qu’abondante sur notre territoire, l’eau fait partie d’un écosystème fragile. Sa qualité dépend du respect des sols. Les nitrates, phosphates et pesticides, métaux lourds, résidus médicamenteux et bactéries font partie des polluants que l’on peut retrouver dans l’eau. Qu’elle soit potable ou naturelle, l’eau fait l’objet de contrôles réguliers effectués par l’État. Pour respecter les normes de ­nombreuses agglomérations françaises sont obligées d’aller capter l’eau de plus en plus loin. À nous de prendre soin de cette ressource essentielle sur notre territoire.

L’eau potable

Au niveau de l’eau potable la Communauté de Communes assure sa compétence depuis le 1er janvier 2020 sur le périmètre de 24 communes. Trois communes (Warloy-Baillon, Lahoussoye et Franvillers) sont gérées par le SIAEP de la Haute Vallée de l’Hallue et six communes (Marcelcave, Lamotte-Warfusée, Cachy, Gentelles, Le Hamel et Villers-Bretonneux) par le SIEP du Santerre.
Sur l’ensemble des 24 communes sur lesquelles elle est compétente, la Communauté de Communes a déjà agi depuis 2020 pour améliorer la qualité de l’eau distribuée dans les communes de Cerisy, Chipilly et Morcourt provenant dorénavant du captage de Chipilly. Les captages de Cerisy et Morcourt ont été depuis abandonnés.
Elle a également investi pour renouveler les réseaux des communes de Lamotte-Brebière et Morcourt, vétustes avec des fuites importantes.

La gestion de l’eau potable, c’est :

De l’exploitation au quotidien pour assurer le prélèvement, le transport, et la distribution en continu d’une eau de qualité pour l’ensemble des usagers du service public.

De l’investissement sur les nombreux ouvrages (forages, châteaux d’eau, réseaux, branchements…) afin de garantir le fonctionnement optimal de ces ouvrages tout au long de l’année et l’approvisionnement en eau de tous les usagers.

Les eaux usées

Dès que vous avez utilisé de l’eau, celle-ci devient “eau usée”. Impropre à tout usage elle part dans des canalisations qui vont la conduire vers un point de ­dépollution où elle va être filtrée pour être ensuite rendue à la nature. Depuis le 1er janvier 2006, la Communauté de Communes exerce la ­compétence assainissement. Cette compétence se décompose en deux domaines d’intervention que sont l’assainissement non collectif et l’assainissement collectif.

L’assainissement collectif

Quatorze communes du Val de Somme sont concernées par l’assainissement collectif appelé aussi réseau public
de collecte des eaux usées : Heilly, ­Ribemont-sur-Ancre, Méricourt l’Abbé, Treux, Sailly-le-Sec, Corbie, Pont-Noyelle, Daours, Bussy-lès-Daours, Vecquemont, Aubigny, Fouilloy, Villers-Bretonneux et Marcelcave.

Les eaux usées de ces communes sont acheminées vers les 7 stations d’épuration du territoire. Les habitants de ces communes payent une redevance pour ce service. Retrouvez le tarif au 1er janvier 2022 sur le site valdesomme.com

La Communauté de Communes du Val de Somme à la gestion de :

➜ 150 km de réseau d’assainissement
➜ 77 postes de refoulement
➜ 7 stations d’épuration

La compétence assainissement collectif recouvre de multiples axes :

➜ collecte des eaux usées
➜ épuration
➜ élimination des boues
➜ études de projets
➜ élaboration d’études diagnostics
➜ plans de zonage
➜ entretien du réseau

L’assainissement non collectif

Les habitations situées dans les communes n’ayant pas d’assainissement collectif doivent être équipées d’un assainissement non collectif, appelé également assainissement autonome. Cette installation réalisée sur la parcelle doit être conforme à la réglementation en vigueur pour que l’eau filtrée et ­rejetée dans la nature corresponde aux normes. Les communes concernées par l’assainissement non collectif sont ­Warloy-Baillon, Hénencourt, Bresle, ­Baizieux, Franvillers, Lahoussoye, Bonnay, Vaux-sur-Somme, Vaire-sous-Corbie, Hamelet, Le Hamel, Sailly-Laurette,
Cerisy, Chipilly, Morcourt, Lamotte-Warfusée, Cachy, Gentelles, Lamotte-Brebière.

Conformément aux textes en vigueur la Communauté de Communes ­n’intervient que sur le contrôle des installations ­autonomes :

➜ La conception et la réalisation pour les installations neuves afin de permettre à l’usager de choisir un bon système et garantir la bonne réalisation.
➜ Le suivi des installations existantes afin de conseiller l’usager pour qu’il puisse s’assurer du bon fonctionnement de son système, l’entretien dans de bonnes conditions et le cas échéant engager les réparations ­nécessaires.

Aide pour les travaux concernant l’assainissement non collectif :

Pour vous aider dans vos travaux la Communauté de Communes propose des aides financières. Retrouvez toutes les ­informations sur le site du Val de Somme.

L’eau pluviale

La Communauté de Communes a pris la compétence le 1er janvier 2018.
Les contours de compétence sont multiples car ils ­touchent à l’environnement, à l’assainissement et à la voirie.

Cette nouvelle responsabilité de la Communauté de Communes a imposé un état des lieux dans chaque commune avant de bâtir un programme d’investissement et d’entretien.

La Communauté de Communes à la gestion de :

➜ 76,6 km de réseau séparatif pluvial et 11 kms de réseau unitaire,
➜ 77 fossés dont 4,3 km en agglomération,
➜ 52 bassins d’infiltration comptabilisant 1,8 Ha de surface,
➜ 24 puits, 11 noues, 5 tranchées ­d’infiltration et 16 saignées.

Des études de lutte contre le ruissellement et l’érosion des sols sont en cours sur plusieurs bassins-versants ruraux, 6 500 hectares au total, pour comprendre et lutter contre les ruissellements qui peuvent provoquer des inondations et coulées de boues en fond de vallée.

L’eau naturelle

Le Val de Somme avec son canal, ses ­rivières, ses nombreux étangs et marais se sent très concerné par la GEMAPI (la gestion des Milieux Aquatiques et ­Prévention des Inondations), avec le ­devoir de préserver ces milieux humides et leur biodiversité, des paysages qui sont des lieux de vie mais aussi des atouts majeurs pour le tourisme.

Dans ce cadre, les missions de la Communauté de Communes sont :

➜ Entretenir et aménager cours d’eau et/ou plan d’eau
➜ Aménager les parties de bassin ­hydrographique ou fraction de bassin hydrographique
➜ Assurer la défense contre les inondations
➜ Protéger et restaurer des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides.

La Communauté de Communes travaille en lien avec les associations qui gèrent les travaux et aménagements sur les ­rivières (Hallue, Ancre 1 et 2, et la Luce).

Zoom sur les travaux pour l’eau pluviale

La Communauté de Communes a ­établi un programme pour 2020-2021 pour la réhabilitation ou restructuration des bassins, mares et fossés.

Au programme :

Gentelles – Rue Pasteur : Réaménagement de la mare
Franvillers – Rue du Bourgville : Réaménagement de la mare
Bussy-lès-Daours – Rue du Marais : Transformation du fossé en noue
végétalisée
Aubigny – Rue de Corbie : Réaménagement du fossé
Baizieux – Chemin rural de Corbie à Baizieux : Curage du bassin d’infiltration
Baizieux – Chemin du bel air (nord de la commune) : Curage du fossé et bassin d’infiltration
Bonnay – Rue du Grand Marais : Curage du fossé
Lamotte-Brebière – Rue du 8 mai 1945 : Curage du fossé et des décanteurs
Vaux-sur-Somme – Chemin rural n°4 : Création de saignées infiltration

Pourquoi ces travaux ?

Assistée de Somme Nature, la Communauté de Communes s’est donnée comme objectifs de gérer plus efficacement les eaux de pluie tout en favorisant et développant la biodiversité.

Quelles étapes ?

Le réaménagement des mares :

Vidange et curage de la mare
Reprise des berges par tunage à
double étage
Plantation de plantes hélophytes sur les berges pour recréer une biodiversité faune et flore.

Le réaménagement du fossé en noue :

Curage du fossé existant,
Reprofilage en noue

Côté finances

Coût des travaux : 305 300 € HT

Le réaménagement ou la transformation des ouvrages pour améliorer le fonctionnement hydraulique en favorisant le développement de la biodiversité : 231 922 €
L’entretien des bassins et fossés : 73 378 €
Subvention agence de l’eau : 99 945 €
Fonds de concours communal : 20 535 € HT
Financement CCVS : 184 820 € HT

Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Gentelles – Le château d’eau chante la vie
Une exposition ludique et pleine de surprises sur la gastronomie régionale
Si tu vas à Cerisy
“Les deux chapelles à Le Hamel”
Le Val de Somme aux couleurs de l’Australie !