Les mares, un trésor pour
notre environnement !

Mare-1

Les mares sont des zones humides qui ont, pour la plupart d’entre elles, été creusées par l’homme. Elles constituent un cadre naturel agréable, jouent un rôle essentiel dans la régulation des eaux de pluie et sont indispensables à la vie de ­nombreuses espèces. Elles sont pourtant particulièrement menacées ! En effet, 90% des mares ­présentes au début du XXème siècle ont malheureusement ­disparu. Et nombreuses sont celles qui sont aujourd’hui dégradées ou polluées. Au fil du temps, tous ces facteurs ont inévitablement engendré des problèmes d’inondations et une importante perte de biodiversité. C’est pourquoi il est primordial de préserver les dernières mares, de réaménager celles qui sont dégradées et, encore mieux, d’en recréer de nouvelles !

Iris des marais

Une faune et une flore riches et emblématiques !

Ne dit-on pas “l’eau, c’est la vie” ? Et en effet, c’est bel et bien le cas ! L’eau est un élément indispensable à la vie de très nombreux êtres vivants. Il n’y a donc rien de plus normal que de trouver une faune et une flore riches dans les zones humides, et les mares ne font pas exception à cette règle.
Les saules têtards sont des arbres caractéristiques des zones humides. Leur forme de têtard est liée à la taille régulière de leurs branches. Ils jouent un rôle important dans l’accueil de la biodiversité mais aussi dans le maintien des berges et l’atténuation des inondations.
Qu’elles soient boisées ou sans végétation, l’Aeschne bleue affectionne les mares. Leurs berges lui servent à déposer ses œufs qui écloront au printemps. La larve passera ensuite 1 à 2 ans dans la mare avant de se métamorphoser.
Insigne de Clovis, emblème de Louis VII puis des rois de France, l’Iris jaune ou Iris des marais, s’épanouit dans les zones humides. Il consolide les berges de la mare et constitue un abri et un lieu de ponte pour de nombreux insectes et autres invertébrés.
Aquatique pendant la saison de reproduction, le Triton alpestre est terrestre le reste de l’année. Il vit alors caché à proximité des mares, dans les souches et racines des haies, les galeries de petits mammifères, sous le bois mort ou sous des pierres…

Pour rester en bonne santé, les mares ont besoin d’interventions ponctuelles

Le curage de la mare tous les 10 à 20 ans, pour lutter contre l’envasement naturel lié à l’accumulation des feuilles et branches mortes, ainsi qu’à l’évolution naturelle de la végétation. L’idéal est que cette opération soit réalisée en deux temps, afin de ne pas supprimer brutalement l’ensemble de la faune et de la flore du site.
La fauche de la végétation, tous les 2 à 3 ans, et l’élagage des arbres, tous les 5 à 8 ans (à la mauvaise saison), pour maintenir l’ensoleillement et la surface d’eau libre.

Triton alpestre

Une mare ne signifie pas forcément poissons et canards !

Dans l’imaginaire collectif, une mare s’accompagne très fréquemment de ses poissons, souvent rouges, et de ses canards. Cependant, ceux-ci sont bien souvent une des causes de la dégradation des rares mares encore existantes. En effet, lorsqu’ils sont présents, et tout particulièrement lorsqu’ils sont nombreux, leur impact sur l’équilibre de la mare peut être colossal.
En mangeant toute la végétation, les insectes et autres têtards et en produisant des quantités d’excréments importantes, ils peuvent être à l’origine d’une disparition de toute forme de vie aquatique et d’un envasement rendant le point d’eau nauséabond.

Protégez la biodiversité vous aussi !

Creuser une mare chez soi, même de petite taille, c’est se donner l’opportunité de voir arriver de nouvelles espèces dans son jardin (libellules, grenouilles, plantes aquatiques…). C’est aussi un lieu de découverte de la vie sauvage pour petits et grands (métamorphose des amphibiens, vie aquatique des larves de libellules…).

Aménager un tas de pierres ou de bois et laisser des zones de végétation non fauchées permet à différentes espèces comme les grenouilles, les tritons et les insectes de se nourrir, se reproduire, de s’y abriter ou encore d’hiberner.

Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

La nouvelle station d’épuration à Sailly-le-Sec, on vous explique tout !
La réderie de Marcelcave devient éco-responsable
Les erreurs de tri et leurs conséquences
Les aires éducatives : quand les enfants expliquent la nature aux autres enfants !
Animation en déchetterie du Val de Somme