Questions à Claudie Duthoit
Vice-présidente en charge de la culture

Claudine

En quelle année La Caroline a-t-elle ouvert ?

Elle a ouvert ses portes au public le 2 avril 2011. Dix ans déjà ! Elle avait été souhaitée comme élément fondateur d’un réseau de lecture publique maillant tout le territoire.

Quel est son bilan aujourd’hui en terme de fréquentation, d’emprunts et de personnel ?

Nous sommes aux alentours de 42 000 entrées par an, 62 000 prêts annuels tous supports confondus (livres, revues, CD, DVD) et plus de 2 000 inscrits “actifs*” chaque année (sans tenir compte de l’année 2020 qui fût particulière).
La Caroline à Corbie a démarré avec 4 agents. Aujourd’hui l’équipe s’agrandit en même temps que le réseau et c’est 10 agents qui sont présents pour assurer l’accueil du public.
La Filature à Ribemont-sur-Ancre ouvrira ses portes le 16 octobre 2021, et la ­médiathèque Patrick-Simon à Villers-Bretonneux ouvrira fin 2022-début 2023.

Un inscrit actif est un inscrit qui emprunte au moins un document dans l’année

La Caroline pouvait-elle suffire pour les 27 000 habitants du Val de Somme ?

Lors de sa préfiguration en 2005, les élus communautaires de l’époque ont décidé de « calibrer » la médiathèque La Caroline pour un bassin de population de 9 800 habitants. On ne le sait pas assez : le « calibrage » initial impacte en premier lieu la superficie du bâtiment, mais aussi le nombre d’agents, le nombre de documents mis à disposition du public, et le nombre d’heures d’ouverture hebdomadaires. Si la médiathèque La Caroline avait pour vocation de desservir l’ensemble de la population intercommunale, elle proposerait un bâtiment de 1 900 m² (et non 700), serait animée par une équipe de 14 agents, etc. Suivre ces préconisations permet un accompagnement financier et méthodologique très fort de la part de l’État (Ministère de la Culture) et de proposer un service qualitatif à la population. Le réseau à venir permet donc concrètement de mettre à niveau l’offre de lecture publique par rapport à la population de l’intercommunalité soit 27 000 habitants).

La seule médiathèque La Caroline ne peut pas avoir vocation à répondre aux besoins de tous les habitants du Val de Somme, c’est pourquoi répartir 3 médiathèques permet d’augmenter l’offre en terme de service et une meilleure répartition géographique sur le territoire »

À quoi ressemblera dans quelques années le réseau de lecture publique du Val de Somme ?

Le réseau sera constitué de 3 médiathèques intercommunales structurantes et professionnalisées. Cela signifiera pour les habitants la possibilité avec une unique carte de lecteur (gratuite, rappelons-le !) de bénéficier de l’ensemble des documents présents sur ces 3 médiathèques et de services identiques sur le territoire : catalogue en ligne, réservations de documents, ressources numériques accessibles à distance, EPN (Espace Public Numérique), des horaires d’ouverture élargis, et une programmation culturelle diversifiée à deux pas de chez soi !

Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Des aménagements pour le développement économique !
Enquête publique PLUi
Des médiathèques ‘made in’ Val de Somme
De nombreux travaux réalisés en 2021 pour l’assainissement
La piscine Calypso est de nouveau ouverte !