L’économie circulaire, une inspiration pour l’avenir

Comment ne pas mettre en péril les ressources naturelles et les matières premières de la planète ? Comment réduire les quantités de déchets ? Comment valoriser les déchets non recyclés ? Telles sont les grandes questions qui se posent au niveau planétaire mais aussi à nous, communauté de communes. Questions que doivent aussi avoir à l’esprit chacun d’entre nous en tant que consommateur qui payons aussi pour le traitement des déchets qui affichent des coûts de plus en plus importants.
AdobeStock_169292355-1200x675

Une responsabilité exercée en aval par la CCVS

La CCVS a toujours été à la pointe en matière d’environnement et de gestion des déchets : mise en place de la tarification incitative, installation de PAV dans chaque commune du territoire, aménagement de deux déchetteries, vente de composteurs à tarif préférentiel, … en suivant deux objectifs principaux : respecter l’environnement tout en encadrant les coûts. Mais si nous souhaitons continuer à contenir ces dépenses, il nous faudra aller encore plus loin dans les années à venir : une des pistes d’action est de renforcer l’éducation à une consommation responsable.

Consommation responsable et économie circulaire

L’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus. » (source : ADEME, 2014. Économie circulaire : Notions)

Les achats sur les réderies, si populaires dans notre région, font partie de ces comportements citoyens qui s’inscrivent dans ce que l’on appelle l’économie circulaire. Avoir recours plus souvent à la réparation ou à l’utilisation de biens d’occasion, en finir avec la société du tout jetable.

Recyclerie : la seconde vie des objets, un phénomène durable.

Le principe d’une recyclerie est simple : collecter des objets, les remettre en état pour ensuite les vendre à moindre coût. Déposer ces objets en recyclerie comporte plusieurs intérêts :

• Elle sensibilise au recyclage et gestes écocitoyens

• Elle favorise la création de nouveaux emplois, particulièrement pour les jeunes en réinsertion

• Elle permet de remettre sur le marché des objets rénovés à un prix modique.

Un partenariat en développement

Les deux déchetteries du territoire situées à Corbie et à Villers-Bretonneux disposent toutes deux désormais d’un espace recyclerie en partenariat avec les Astelles, une structure d’insertion par le travail. Les Astelles collecte les meubles, équipements ménagers dans les espaces déchetterie dédiés ou à domicile. Elle propose également au sein de ses locaux situés à Amiens un espace boutique

N’hésitez plus, lorsque vous déposez vos objets en recyclerie vous faites un geste pour la planète et vous savez que votre objet pourra rendre service et fera des heureux. Si vous souhaitez déposer des objets en recyclerie il vous suffit de le préciser au gardien qui vous indiquera l’espace dédié.

Tous les objets collectés arrivent ici et sont ensuite triés par les salariés selon leur catégorie
Après remise en état, les objets sont revendus à prix modique dans la boutique

La boutique des Astelles
3 avenue du pays d’Auge
80000 Amiens
Tél : 03 22 69 26 26
Ouvert du lundi au vendredi de 7 h 30 à 12 h et de 13 h à 17 h

Petite histoire des déchets

Les hommes préhistoriques laissaient déjà sur place les restes de nourriture. C’est d’ailleurs grâce à ces déchets que l’on peut essayer de reconstituer leurs modes de vie. Nomades, ils n’ont pas encore à se préoccuper de la gestion des déchets. Ces déchets se décomposent
dans la nature grâce à une chaîne de nettoyeurs qui se spécialisent dans le recyclage de ces éléments naturels. Les problèmes de gestion des déchets commencent à se poser avec l’arrivée de la sédentarisation. Les tribus s’installent sur des lieux fixes. Dans l’Antiquité, on collectait déjà les ordures à Athènes, ville de 250 000 habitants pour les emporter à l’extérieur de la ville. A Rome, on a retrouvé des vases qui servaient aux habitants pour y déposer leurs ordures. A cette époque, Paris est si sale que les Romains l’appellent Lutèce qui vient du mot latin lutum (boue). Au Moyen-âge, vers l’an 1000, les villles se construisent en Europe et le problème de la gestion des déchets n’étant pas pris en compte, les habitants jettent leurs déchets et excréments dans les rues, les douves et les rivières provoquant la profusion de rats et la propagation d’épidémies comme la Peste Noire. A la Renaissance, la Seine est le déversoir de toutes les ordures, le pouvoir royal ordonne de porter les déchets hors de la ville mais les Français sont réfractaires aux règlements et aux taxes qui vont avec. Au 17ème siècle, les premiers chiffonniers commencent à collecter certains matériaux pour les valoriser comme les chiffons qui sont transformés en papier. Au 18ème et au 19ème siècle les nouvelles techniques industrielles créent des déchets en grand volume qui polluent villes et paysages comme dans les pays miniers. A la fin du XIXème siècle des savants comme Pasteur mettent en évidence le lien entre hygiène et santé, c’est le début d’une prise de conscience de la gestion des déchets. En 1884, Eugène Poubelle, préfet de police de Paris ordonne aux parisiens de déposer leurs déchets dans des récipients dont le contenu sera ramassé par les services municipaux. La fameuse poubelle est née. En 1896, il existe déjà des centres de traitement des déchets dans
Paris. Des ouvriers séparent la boue des autres matières. Concassée elle devient engrais. Le reste sert à produire de la chaleur et de l’électricité dans de grands fours. Au 20ème siècle les déchets sont de plus en plus nombreux et obligent à trouver de plus en plus de techniques pour les valoriser et les recycler. Aujourd’hui au 21ème siècle , l’histoire de la gestion des déchets s’écrit encore chaque jour et elle est devenue l’affaire de tous.

22 décembre 2020
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Val de Somme – Mois de la création
De nouveaux locataires au Village d’entreprises du Val de Somme
Pourquoi le taux de la TEOMI augmente ?
Entreprendre dans le Val de Somme
De l’affichage original pour vos événements